"Tout me semble Zéphir"

Hautboïtus, quatuor à anches doubles

             Manuel Weber, comédien

 

 

Un quatuor à anches doubles et un comédien,

… tels des roseaux animés par le souffle du vent.

           

L’air, le vent, le souffle et le roseau, … telle est la thématique de ce programme. Au quatuor d’anches doubles, répond en écho la voix du comédien et son déplacement dans l’espace.

Reprenant en grande partie le parcours musical et l’instrumentarium du programme « Voyage des grands hautbois de la Renaissance aux Lumières » qui retrace l’évolution organologique et musicale entre les 16e et 18e siècles, le comédien, Manuel Weber, articule et ponctue ce voyage, s’appuyant sur les textes de Clément Jannequin, les poésies de Claudin de Sermisy, des articles du poète et lexicographe Antoine Furetière et les fables de Jean de La Fontaine.

 

Le public est invité à traverser ces siècles anciens à travers la musique et le théâtre. Une complémentarité qui ne laisse pas insensible celui qui accepte de se laisser conduire par un souffle musical et littéraire, … fut-il issu d’un « roseau ».

 

Note d'intention du comédien

" Les personnages des Fables de La Fontaine jonchent notre mémoire collective. Quoi de plus facile pour chacun d’entre nous que de convoquer un de ses loups, un de ses oiseaux, pour commencer à se raconter des histoires ?

Pour notre programme où les zéphirs occupent une place centrale, nous avons sélectionné des textes où les vents des instruments de musique sont accompagnés, rehaussés comme on dirait en peinture, par des écrivains comme La Fontaine et Furetière.

D’une part La Fontaine, car le fabuliste se révèle également auteur dramatique dans sa capacité à faire exister en quelques mots une situation, des personnages, des dialogues, un décor. Il est aussi d’une certaine manière musicien par son art du rythme. Alexandrins, décasyllabes, octosyllabes, hexasyllabes se succèdent selon un agencement sans cesse renouvelé. Parfois cela pourrait presque s’apparenter à un joyeux désordre poétique parfaitement organisé par l’auteur. Ainsi, chaque fable possède sa couleur particulière, et une singulière modernité. Sur scène, cette écriture favorise une parole dynamique, spectaculaire, jamais prisonnière d’une forme. Une langue en attente d’être dite, proférée, susurrée, soupirée… une parole en liberté.

D’autre part Furetière, génial auteur d’un dictionnaire où nous allons puiser des descriptions surprenantes et drôles des vents, de l’air, du souffle mais également de certains instruments de musique qui prennent alors pour le spectateur l’allure d’objets bizarres et fantastiques…

Tout cela dans le but avoué de nous rapprocher toujours un peu mieux de la musique, de ces instruments à vent grâce auxquels tout nous semble zéphir et plaisir. "

Manuel Weber

 

 

Programme détaillé du concert